Installation du Père Marek Szpunar dans la paroisse de Gordes

9 septembre 2017

Installation du Père Marek Szpunar dans la paroisse de Gordes

Dimanche 3 septembre 2017, était un dimanche important dans la vie de la paroisse de Gordes. En effet, le Père Jean-Marie Gérard, vicaire général représentant Monseigneur Jean-Pierre Cattenoz a installé officiellement le Père Marek Szpunar comme curé, en présence du Père Charles-Bernard Salvodelli, dont il fut le vicaire à la paroisse de Mazan pendant six ans. 

A 10h30, l’église s’est remplie des paroissiens de Gordes, des villages alentours ainsi que des personnes de son ancienne paroisse, venues l’accompagner dans l’installation de son nouveau ministère. Mr. Maurice Chabert, Président du Conseil Départemental (ancien Maire de Gordes) et Mr. Richard Kitaeff, Maire de Gordes, étaient présents.

Après la procession d’entrée, le Père Jean-Marie Gérard a prononcé le mot de bienvenue. Dans son homélie, il est revenu sur le beau rite de l’installation, notamment sur le rôle et les fonctions du curé de paroisse, selon les triples fonctions (munera) d’enseignement, de gouvernement et de sanctification.*

Après l’homélie, le père Marek, nouveau curé de Gordes a professé la Foi Catholique et renouvelé ses promesses sacerdotales.

Cette magnifique célébration d’installation du Père Marek s’est achevée et l’assemblée a été invité à rejoindre la salle des fêtes de Gordes pour le verre de l’amitié. Quelques paroissiens ont ensuite préparé et partagé le repas fraternel avec les prêtres et Mr. le Président du Conseil Départemental.

*Le rôle du prêtre à travers ses trois responsabilités :
- Le gouvernement pour guider le peuple de Dieu qui lui est confié,
- La sanctification pour permettre aux baptisés d’approcher l’intimité divine, notamment par la célébration des sacrements,
- L’enseignement (fonction de prophète à travers la parole de Dieu et la transmission de la foi catholique).

Extrait d’une catéchèse de Benoît XVI prononcée le 14 avril 2010 :

« J’ai à coeur de consacrer encore certaines réflexions au thème du ministère ordonné, en m’arrêtant sur la réalité féconde de la configuration du prêtre au Christ,Tête, dans l’exercice des tria munera qu’il reçoit, c’est-à-dire des trois charges d’enseigner, de sanctifier et de gouverner.

Pour comprendre ce que signifie agir in persona Christi Capitis - dans la personne du Christ Tête - de la part du prêtre, et pour comprendre également quelles conséquences dérivent du devoir de représenter le Seigneur, en particulier dans l’exercice de ces trois fonctions, il faut expliciter avant tout ce que l’on entend par « représentation ». Le prêtre représente le Christ. Qu’est-ce-que cela veut dire, que signifie « représenter" quelqu’un ? Dans le langage commun, cela veut dire - généralement - recevoir une délégation de la part d’une personne pour être présente à sa place, parler et agir à sa place, car celui qui est représenté est absent de l’action concrète. Nous nous demandons : le prêtre représente-t-il le Seigneur de la même façon ? La réponse est non, car dans l’Eglise, le Christ n’est jamais absent, l’Eglise est son corps vivant et le Chef de l’Eglise c’est lui présent et oeuvrant en elle. Le Christ n’est jamais absent, il est même présent d’une façon totalement libérée des limites de l’espace et du temps, grâce à l’évènement de la Résurrection, que nous contemplons de façon spéciale en ce temps de Pâques.

C’est pourquoi, le prêtre qui agit in persona Christi Capitis et en représentation du Seigneur, n’agit jamais au nom d’un absent, mais dan la Personne même du Christ ressuscité, qui se rend présent à travers son action réellement concrète. Il agit réellement et réalise ce que le prêtre ne pourrait pas faire : la consécration du vin et du pain, afin qu’ils soient réellement présence du Seigneur, l’absolution des péchés. Le Seigneur rend présent son action dans la personne qui accomplit ces gestes. Ces trois devoirs du prêtre - que la Tradition a identifiés dans les diverses paroles de mission du Seigneur : enseigner, sanctifier et gouverner dans leurs distinction et dans leur profonde unité, sont une spécification de cette représentation concrète. Ils sont en réalité les trois actions du Christ ressuscité, le même qui aujourd’hui, dans l’Eglise et dans le monde, enseigne et ainsi crée la foi, rassemble son peuple, crée une présence de la vérité et construit réellement la communion de l’Eglise universelle ; et sanctifie est guide ».