Sur la Nouvelle Evangélisation...

17 octobre 2014
Jeudi 16 Octobre, s’est réuni pour la première fois le nouveau conseil pastoral de notre secteur Notre Dame du Ventoux.

Avant de vous transmettre le premier compte rendu, je suis heureux de vous donner un nouvel extrait de l’exhortation du Pape François, "La joie de l’Evangile" qui donne une lumière sur la teneur des propos échangés. Propos s’appuyant eux-même sur les nouveaux statuts diocésains des Conseils pastoraux de paroisses. (Livret orange)


"À l’écoute de l’Esprit, qui nous aide à re­connaître, communautairement, les signes des temps, du 7 au 28 octobre 2012, a été célébrée la XIIIe Assemblée générale ordinaire du Synode des Évêques sur le thème La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne.



On y a rappelé que la nouvelle évangélisation appelle chacun et se réalise fondamentalement dans trois domaines :

  • En premier lieu, mentionnons le domaine de la pastorale ordinaire, "animée par le feu de l’Es­prit, pour embraser les cœurs des fidèles qui fré­quentent régulièrement la Communauté et qui se rassemblent le jour du Seigneur pour se nourrir de sa Parole et du Pain de la vie éternelle". Il faut aussi inclure dans ce domaine les fidèles qui conservent une foi catholique intense et sincère, en l’exprimant de diverses manières, bien qu’ils ne participent pas fréquemment au culte. Cette pas­torale s’oriente vers la croissance des croyants, de telle sorte qu’ils répondent toujours mieux et par toute leur vie à l’amour de Dieu. 

  • En second lieu, rappelons le domaine des "personnes baptisées qui pourtant ne vivent pas les exigences du baptême", qui n’ont pas une appartenance du cœur à l’Église et ne font plus l’expérience de la consolation de la foi. L’Église, en mère toujours attentive, s’engage pour qu’elles vivent une conversion qui leur res­titue la joie de la foi et le désir de s’engager avec l’Évangile.

  • Enfin, remarquons que l’évangélisation est essentiellement liée à la proclamation de l’Évan­gile à ceux qui ne connaissent pas Jésus Christ ou l’ont toujours refusé. Beaucoup d’entre eux cherchent Dieu secrètement, poussés par la nostalgie de son visage, même dans les pays d’ancienne tra­dition chrétienne. Tous ont le droit de recevoir l’Évangile. Les chrétiens ont le devoir de l’an­noncer sans exclure personne, non pas comme quelqu’un qui impose un nouveau devoir, mais bien comme quelqu’un qui partage une joie, qui indique un bel horizon, qui offre un banquet dé­sirable. L’Église ne grandit pas par prosélytisme mais "par attraction".

Jean-Paul II nous a invité à reconnaître qu’il "est nécessaire de rester tendus vers l’an­nonce" à ceux qui sont éloignés du Christ, "car telle est la tâche première de l’Église". » N°14-15