Faisons de notre vie « un grand cru » !

7 septembre 2015
Avec ce 1er dimanche de septembre et le début des vendanges, nous récoltons peut-être les fruits de nos médiations estivales. Grâce à nos lectures spirituelles, à nos rencontres, aux événements ensoleillés et orageux, nous avons grandi, mûri… nous nous sommes transformés.
Sans attendre de grands miracles (quoique !), nous allons maintenant entrer dans un nouveau travail, celui de la vinification.
Notre vie est toujours « un grand cru ». Le temps, si nous demeurons avec Dieu, par Lui, avec Lui et en Lui, ne peut que nous bonifier. Sans lui, nous risquons de mal tourner et devenir aigre, âpre… sans douceur, sans saveur.
La reprise de nos activités et engagements prend son sens dans cette bonification, cette lente transformation. Nous ne sentons pas immédiatement les changements. Et pourtant… comme ne cesse de nous dire le Pape François, « tout est lié ». Notre joie, notre confiance en Dieu, notre confiance dans les autres, notre regard sur nous-mêmes, notre regard sur l’autre, sur notre monde. Travaillons donc à cette vigne, c’est-à-dire à cette évangélisation toujours nouvelle, en nous laissant nous-même travailler par l’Esprit Saint qui veut toujours plus nous bonifier. Ne nous laissons pas voler l’espérance.

« Parfois, nous perdons l’enthousiasme pour la mission en oubliant que l’Évangile répond aux nécessités les plus profondes des personnes, parce que nous avons tous été créés pour ce que l’Évangile nous propose : l’amitié avec Jésus et l’amour fraternel. Quand on réussira à exprimer adéquatement et avec beauté le contenu essentiel de l’Évangile, ce message répondra certainement aux demandes les plus profondes des cœurs : « Le missionnaire est convaincu qu’il existe déjà, tant chez les individus que chez les peuples, grâce à l’action de l’Esprit, une attente, même inconsciente, de connaître la vérité sur Dieu, sur l’homme, sur la voie qui mène à la libération du péché et de la mort. L’enthousiasme à annoncer le Christ vient de la conviction que l’on répond à cette attente »*. L’enthousiasme dans l’évangélisation se fonde sur cette conviction. Nous disposons d’un trésor de vie et d’amour qui ne peut tromper, le message qui ne peut ni manipuler ni décevoir. C’est une réponse qui se produit au plus profond de l’être humain et qui peut le soutenir et l’élever. C’est la vérité qui ne se démode pas parce qu’elle est capable de pénétrer là où rien d’autre ne peut arriver. Notre tristesse infinie ne se soigne que par un amour infini. »**

*St Jean-Paul II, Redemptoris Missio, n° 45
**Pape François, La joie de l’Evangile, n° 265