Année de la vie consacrée

1er février 2015

Ce lundi 2 Février nous nous retrouverons autour de nos sœurs de Nazareth pour fêter la présentation de Jésus au temple.

Fête qui depuis plusieurs années est la fête de la vie consacrée.

En cette année qui lui est dédiéeet où nous rencontrerons les différentes communautés qui incarnent cet état de vie. 

La première sera le 22 Février avec les sœurs de Nazareth.

Réjouissons-nous de cet appel adressé par Dieu à quelques-uns d’entre nous.

Ecoutons le Pape Benoît nous enseigner sur cet appel de Dieu à la suite du Christ.
Dans la tradition de l’Eglise, saint Paul a toujours été reconnu comme le père et le maître de ceux qui, appelés par le Seigneur, ont fait le choix d’une consécration inconditionnée à Sa personne et à son Evangile.

Divers Instituts religieux prennent leur nom de saint Paul et puisent en lui une inspiration charismatique spécifique. On peut dire que pour toutes les personnes consacrées, hommes et femmes, il répète une invitation franche et affectueuse : « Prenez-moi pour modèle ; mon modèle à moi, c’est le Christ » (1Co 11, 1).

En effet, qu’est-ce que la vie consacrée, sinon une imitation radicale de Jésus, une « sequela » totale de sa personne ? (cf. Mt 19, 27-28) Eh bien, en tout cela, Paul représente une médiation pédagogique sûre : très chers amis, l’imiter en suivant Jésus représente une voie privilégiée pour répondre jusqu’au bout à votre vocation de consécration spéciale dans l’Eglise.

De sa propre voix, nous pouvons même connaître un style de vie qui exprime la substance de la vie consacrée inspirée par les conseils évangéliques de pauvreté, de chasteté et d’obéissance.
Dans la vie de pauvreté, il voit la garantie d’une annonce de l’Evangile réalisée en totale gratuité (cf. 1Co 9, 1-23), alors qu’elle exprime, dans le même temps, la solidarité concrète envers les frères dans le besoin.

A cet égard, nous connaissons tous la décision de Paul de subvenir à ses besoins grâce au travail de ses mains et son engagement pour la collecte en faveur des pauvres de Jérusalem (cf. 1 Th 2, 9 ; 2Co 8-9). Paul est également un apôtre qui, accueillant l’appel de Dieu à la chasteté, a donné son cœur au Seigneur de manière indivise, pour pouvoir servir ses frères avec une liberté et un dévouement encore plus grands (cf.1Co 7, 7 ; 2Co 11, 1-2) ; en outre, dans un monde où les valeurs de la chasteté chrétienne n’étaient pas reconnues de plein droit (cf. 1Co 6, 12-20), il offre une référence sûre quant à la
conduite. En ce qui concerne ensuite l’obéissance, il suffit de noter que l’accomplissement de la volonté de Dieu et « sa préoccupation quotidienne, le souci de toutes les Eglises » (2Co 11, 28) ont animé, façonné et consommé son existence, devenue un sacrifice agréable à Dieu.

Tout cela le conduit à proclamer, comme il l’écrit aux Philippiens : « En effet, pour moi, vivre c’est le Christ et mourir est un avantage » (Ph 1, 21).

Pour la fête du 2 Février 2009, Vatican